fbpx

Vous aider à aider plus de monde

Ma mission est de vous aider à vivre d’un métier que vous adorez sans compromettre ce que vous êtes, à développer votre expertise et la diffuser au plus grand nombre.

Laurent Bertin Signature

Avec des centaines de praticiens accompagnés et plus de 10 ans d’expérience du métier,
je sais que seuls 3 principes différencient ceux qui réussissent
des 85% qui abandonnent le métier dans les 3 ans

1. Votre état d’esprit compte plus que tout

La plupart des praticiens ne sont pas préparés à la réalité du métier. C’est un métier difficile parce vous devenez indépendant ce qui revient à porter plusieurs casquettes : l’entrepreneur (oui vous lisez bien), le comptable, le gérant, le commercial et l’expert.

L’état d’esprit avec lequel vous entrez dans ce métier est fondamental. Gérer les échecs, les difficultés, les émotions, les enjeux, la responsabilité, le travail, la solitude du thérapeute, dépasser les limites auxquelles confronte le métier d’indépendant…la liste est longue.

C’est la partie la plus importante et souvent la plus négligée. Ceux qui galèrent dans ce métier n’ont jamais pris le temps de travailler cet aspect, ils croient que parce qu’ils veulent aider les autres ça suffit. Grosse erreur.

2. La quête de l’excellence n’est pas une option: c’est le minimum

Lorsqu’on accompagne les autres, le minimum est de donner son maximum. L’accompagnement est une grande responsabilité qui ne se prend pas à la légère.

Si nous ne sommes pas responsables du changement des autres, nous sommes responsables de ce que nous sommes, de nos compétences et de notre expertise. Il est fondamental de continuer d’évoluer, techniquement et personnellement.

Mais il faut le faire intelligemment, car beaucoup se forment n’importe comment pensant que plus d’information les aidera. Pratiquer n’importe quoi et disperser son énergie ne rend pas meilleur, bien au contraire. Le secret est dans la pratique intelligente, pas juste dans la pratique.

3. Développez à égalité ces 3 domaines : savoir-être, savoir-faire, faire-savoir

Le changement vient pour beaucoup de la relation avec l’autre et de la congruence dans sa pratique. La technique est une base fondamentale pour cela, mais pas la seule.

Mais à quoi bon un savoir-faire et un savoir-être sans faire-savoir ? De très bons praticiens ont du mal à remplir leurs cabinets ou leurs stages car leur faire-savoir est mauvais. C’est dommage.

Si vous voulez réussir dans ce métier sans y passer des années, il est nécessaire de développer en même temps ces 3 compétences.